Français English Dansk 
Un poil d' Ecosse à Bernardvillé

Cliquez pour agrandir l'image

Je m'appelle « Pastis » car je porte le n°51 et je suis née à Bernardvillé le 15 mars 2008. Ma maman aux longues cornes pointues et à la coupe punk, s'appelle « Dundee » (prononcez dundii). Sa maman à elle s'appelle « Horny », et mon papa : « Whysky ». Il est vrai que nous avons un look exotique, Ecosse oblige. A vrai dire, nos ancêtres sont originaires de Scandinavie et ont accompagné les Vikings dans les Hautes Terres d'Ecosse. Nous, représentants de la race « Highland Cattle », sommes issus des plus anciennes races de bovins et descendons directement des aurochs, vaches préhistoriques que l'on retrouve sur les peintures rupestres, datant de l'âge de pierre. Nous en avons vu défiler des évènements historiques et des paysages puisque nous voilà même chez vous à Bernardvillé à vous donner un coup de main pour nettoyer les abords du village que vous laissez à l'abandon.

Nous sommes faciles à reconnaître avec nos poils longs adaptés aux climats rudes. La couleur de notre robe est rousse ou brune, même si certaines de mes cousines sont noires. Nos longues cornes pointues, fort élégantes, sont aussi fonctionnelles : elles dissuadent les intrus qui veulent venir déranger les petits, et nous servent aussi à nous gratter. Les cornes des vaches pointent en général vers le haut, et celle des taureaux plutôt vers le bas. Nos yeux sont barrés d'un trait blanc et nous permettent de voir la nuit comme les cerfs. Nos longs cils ainsi que les poils qui recouvrent nos yeux nous protègent des mouches et moustiques. Notre fourrure est composée de deux couches. La couche interne, faite de poils doux et fins, retient la chaleur. La couche externe composée de poils longs et huileux, les rend imperméables à l'eau et à la neige. Nous sommes donc bien parées contre le froid. Au retour des beaux jours les poils longs tombent et ne repoussent qu'à l'automne.

Petites mais robustes, nous les femelles pesons de 400 à 500 kg à l'âge adulte (vers 3 ans) Nos compagnons sont plus imposants mais malgré une apparence intimidante, sont en général plutôt doux de tempérament. Notre espérance de vie est de 25-30 ans. Bien mieux que les vaches domestiques qui ne sont même pas capables de vêler toutes seules. Nous nous n'avons besoin de personne pour mettre au monde nos petits.

La gestion des espaces naturels est devenue une de nos spécialités. Nous faisons office de « débroussailleuses sur patte ». Nous broutons tout : arbustes en premier lieu, herbe dure, herbe sèche, ronces, orties, etc. Nous ne sommes pas très exigeantes et nous nous adaptons aux conditions difficiles. On peut nous laisser à l'extérieur toute l'année, dans des endroits humides où aucune autre vache ne survivrait. Au printemps nous sommes capables de manger des genêts, mais nous apprécions aussi les gâteries comme les pommes ou du pain dur.

Trois fois hélas ! Nous sommes aussi appréciées pour notre viande. Il paraît que la viande « Highland cattle » est la seule viande de bœuf qui soit servie à la table royale d'Angleterre. Nous l'avons échappé belle !

rôle écologique, nous pouvons prévoir le temps : nous devenons insupportables, et nous nous plaçons face au vent comme les girouettes.

Cliquez pour agrandir l'image

Dans quelques jours ce sera la « transhumance ». Nous allons monter dans les « estives » de Bernardvillé. Vous pouvez continuer à nous admirer là-haut !

PARCE QUE NOUS LE VALONS BIEN !

Ah ! C'est l'heure de mon biberon... ET CA, C'EST VACHEMENT BON !

A bientôt !



Copyright (C) 2008. Tous droits réservés.Auteurs: Richard Geiger et Maurer François avec TOWeb www.Lauyan.com\fr